Road trip familial en Europe : l’organisation du quotidien dans un camping-car

Quatre personnes dans seulement six mètres carrés, voilà ce qui s'appelle vivre à l'étroit ! Lisez la quatrième partie du road trip : notre famille voyageuse nous parle des défis du rangement et de l’organisation du quotidien dans un camping-car.

Magazine BABYBJÖRN - Juli, la maman, avec l'un des bébés sur ses genoux dans le camping-car.
Une place pour chaque chose, et chaque chose à sa place – un principe essentiel dans un espace de vie aussi réduit.
Photo : Christian Göran
Le début de l’histoire : après une grossesse difficile et incertaine, Juli et Christian ont souhaité passer le plus de temps possible avec leurs deux jumelles, surnommées les « Supermagicalunicorntwins ». Pour ce faire, ils ont troqué leur appartement de Berlin contre un camping-car et entrepris un road trip de plusieurs mois.
Leur voyage a débuté en Allemagne et les a conduits, lentement mais sûrement, à travers le Danemark, la Suède et la Norvège. Les voilà maintenant quelque part en Allemagne. Lire la première partie, la deuxième partie et la troisième partie ici.
Vous vous demandez pourquoi les jumelles sont surnommées les « Supermagicalunicorntwins » ? Pour le découvrir, lisez l’encadré à la fin de cet article.

L’importance du rangement et de l’organisation du quotidien

La vie dans un camping-car peut être difficile au début. Il suffit de penser au chaos que peut provoquer l’arrivée d’un seul bébé dans un foyer. Imaginez deux bébés dans seulement six mètres carrés, avec une hauteur sous plafond de deux mètres… L’espace est extrêmement limité et vous vous gênez inévitablement les uns les autres.

Vous commencez par oublier de remettre le briquet à sa place et vous contenter de le poser sur la table ; il est bientôt rejoint par une paire de chaussettes égarées et, en un rien de temps, votre petite maison est sens dessus dessous.

L’espace est extrêmement limité et vous vous gênez inévitablement les uns les autres.

Nous avons eu d’énormes difficultés avant de trouver les gestes de routine adaptées à la vie quotidienne dans notre camping-car. Mais nous avons fini par trouver des solutions. Nous avons convenu des endroits où ranger les objets comme les tétines, les stylos, les lampes de poche ou les tasses de café.

Ensuite, une fois que nous avons su exactement ce qu’il fallait faire, comment le faire et dans quel ordre pour ne pas se gêner les uns les autres, tout a commencé à bien fonctionner.

Magazine BABYBJÖRN - Une des jumelles dans le camping-car.
« Nous sommes toujours disponibles tous les deux pour les jumelles. Elles peuvent ramper un peu partout, ce qu’elles adorent. »
Photo : Christian Göran

Néanmoins, nous ne nous faisons pas d’illusion : la vie n’aurait pas été plus facile si nous étions restés dans notre appartement. Elle est probablement aussi exigeante et épuisante pour les parents d’un seul bébé que pour ceux de jumeaux.

Une fois que nous sommes prêts, il nous suffit d’ouvrir la porte pour aller faire un tour avec les bébés. Nous avons la liberté d’aller où bon nous semble et, tous les quatre, nous bénéficions d’une très grande proximité. Nous sommes toujours disponibles tous les deux pour les jumelles. Elles peuvent ramper un peu partout, ce qu’elles adorent.

Il faut suivre le mouvement et être flexible.

Voici nos deux plannings horaires, selon qu’il s’agit d’une journée de voyage ou de détente. Nous commençons la journée entre sept et huit heures du matin, selon l’heure de réveil des bébés, mais suivons toujours le mouvement et nous adaptons aux besoins des jumelles.

À tout moment, un incident peut nous obliger à réorganiser la journée. Nous devons aussi faire évoluer notre routine au fur et à mesure que les bébés grandissent. Il faut être flexible.

Voici à quoi ressemble une journée type de détente :

8h00–9h00. Les bébés prennent leur petit déjeuner.

9h00–10h00. Nous prenons notre petit déjeuner.

10h30–13h00. Nous faisons une promenade avec la poussette pour que les bébés puissent profiter de leur sieste matinale.

13h00–14h00. Déjeuner pour toute la famille.

14h00–17h00. Tout est possible dans l’après-midi ! Parfois, nous partons en randonnée avec les filles dans les porte-bébés ou essayons de travailler un peu, avec les bébés à quatre pattes autour de nous. Il arrive que l’un d’entre nous parte en promenade avec la poussette pour que l’autre puisse se reposer.

17h00–18h00. Nous dînons en premier afin de ne pas faire trop de bruit après les repas des bébés au moment du coucher.

18h00–21h00. Les bébés dînent. Nous les mettons en pyjama et les couchons suivant un rituel précis, habituellement aux alentours de 20h00. Elles mettent environ une heure avant de s’endormir.

21h00. La fête commence !

Magazine BABYBJÖRN - Christian, le papa, attend dans le camping-car avec les jumelles.
Quand le moment est venu de faire les courses, l’un des deux parents reste dans le camping-car avec les jumelles.
Photo : Christian Göran

Voici à quoi ressemble une journée type sur la route :

Les jours de voyage sont également ceux où nous faisons les courses alimentaires et d’autres emplettes. Parfois, nous ne roulons que pendant une heure, parfois plus longtemps. Lorsqu’on s’arrête pour acheter des provisions, l’un d’entre nous reste dans le camping-car avec les bébés pour leur permettre de ramper et de se dégourdir les jambes, tandis que l’autre fait les courses.

8h00–9h00. Les bébés prennent leur petit déjeuner.

9h00–10h00. Nous prenons notre petit déjeuner.

10h00–10h30. Nous préparons le camping-car, réorganisons les affaires, remettons les sièges auto des enfants en place, etc. Nous essayons de partir avant l’heure de la sieste des jumelles pour qu’elles s’endorment pendant le trajet.

12h30–14h00. Déjeuner et temps de jeu.

17h00. Heure limite pour trouver un endroit où s’arrêter pour la nuit. Nous avons ainsi beaucoup de temps pour nos rituels du soir et nous détendre.

xoxo
Ne manquez pas la prochaine partie. Nous vous donneront des conseils pour bien manger lors d’un road trip – des astuces, mais aussi des recettes !
supermagicalunicorntwins-roadtrip-about-us
 
Photo : Christian Göran

Suivez les « Supermagicalunicorntwins » sur Instagram

Suivez Juli et Christian, et leurs filles jumelles, Lovisa et Matilda, sur leur road trip : @supermagicalunicorntwins et @christiangoran

Pourquoi les Supermagicalunicorntwins ?

Voici ce que nous racontent Juli et Christian :

« Au début de la grossesse, à la douzième semaine, notre médecin nous a annoncé une nouvelle épouvantable. Nos jumelles souffraient du syndrome transfuseur-transfusé (STT). Pour résumé, cela signifie que le sang du placenta n’est pas uniformément réparti entre les jumelles. Selon la façon dont le STT se développe pendant la grossesse, les bébés peuvent décéder dans l’utérus ou survivre avec un risque élevé d’anomalies fœtales.

Pendant la dix-huitième semaine, nous avons appris une seconde nouvelle épouvantable. Un des bébés était porteur d’un kyste pulmonaire qui déplaçait son cœur vers la gauche. Toutes les semaines de la grossesse, nous avons dû nous rendre à l’hôpital pour vérifier l’état du STT chez les deux enfants et le développement du kyste pulmonaire. Ce fut une période dure et angoissante, remplie d’inquiétudes, mais nous avons fait de notre mieux pour rester positifs et garder le moral.

Notre famille et nos amis nous ont soutenus pendant ces moments difficiles. Un jour, une de nos amies proches nous a dit qu’elle était convaincue que nos bébés étaient des licornes jumelles super magiques, et elle a commencé à entonner une chanson sur elles. Nous avons éclaté de rire ; ce fut une merveilleuse libération ! Nous n’oublierons jamais ce moment de joie et de réconfort.

Ce court refrain nous a accompagnés pendant tout le reste de la grossesse. Il nous a aidés à rester positifs et à croire que tout se passerait bien. Et ce fut le cas.

Voilà pourquoi nous appelons nos filles les Supermagicalunicorntwins  ou les Smuts. Pour nous, elles sont vraiment nos deux licornes jumelles super magiques. »