La proximité peut-elle sauver des vies ?

Que la proximité soit importante pour le bien-être, le développement et le sentiment de sécurité des jeunes enfants n’est pas une nouveauté. Déjà dans les années 1960, on savait que le contact avec la peau était important pour la santé des enfants, et c’est ce qui a incité Björn à concevoir un porte-bébé qui permette aux enfants d’être plus proches de leurs parents. Des recherches actuelles suggèrent que le contact avec la peau peut jouer un rôle encore plus important qu'on ne le pensait autrefois. Ce contact pourrait même sauver des vies chez des centaines de milliers d'enfants prématurés.

Deux parents tiennent et regardent leur bébé | BABYBJÖRN
La proximité est importante pour le bien-être, le développement et le sentiment de sécurité des jeunes enfants.
Photo : Johnér


L’étude des effets de la proximité

Un groupe de recherche mène actuellement des études pour déterminer si un contact avec la peau immédiatement après la naissance peut sauver la vie de bébés prématurés. Ce projet est une collaboration internationale entre divers hôpitaux du monde entier, dont notamment l’Institut Karolinska de Stockholm. L’OMS et la Fondation Bill et Melinda Gates conduisent cette étude avec divers commanditaires, dont BabyBjörn qui a financé la phase de démarrage. Pour élargir la perspective, l’étude est menée dans des pays à revenu faible, moyen et élevé, notamment au Malawi, en Tanzanie, en Afrique du Sud, au Nigeria, au Ghana, en Inde, au Vietnam, en Norvège et en Suède.

Un contact avec la peau bénéfique pour la santé

Il existe de solides preuves que le contact avec la peau est bénéfique pour la santé des bébés. Des études antérieures ont montré qu’il avait un impact positif sur la santé et le développement à court et à long terme des enfants, mais aussi sur le bien-être des parents. Les effets bénéfiques chez les bébés ont pu être observés avec des exemples concrets sur la fréquence cardiaque, la respiration et l’absorption d’oxygène. Cependant, il n’y a encore aucune étude sur les effets éventuels du maintien du bébé peau contre peau immédiatement après la naissance.

Un papa torse nu portant son bébé peau contre peau | BABYBJÖRN
Le contact avec la peau a montré des effets bénéfiques sur la fréquence cardiaque, la respiration et l’absorption d’oxygène des bébés.
Photo : Johnér


Davantage d’enfants survivent aujourd’hui

Lorsqu’un enfant naît prématurément, le bébé passe souvent directement de la mère à l’incubateur. Même dans les pays dépourvus d’équipements médicaux de pointe, il est courant de séparer l’enfant de sa mère. Ces enfants nés avec un très faible poids à la naissance ont de forts risques de ne pas survivre.

Il est courant de séparer l’enfant de sa mère.

Le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans a diminué dans le monde ces dernières années, mais aucune amélioration n’a été enregistrée pour les quelque 1,7 million d’enfants qui meurent chaque année dans les trois jours qui suivent leur naissance. Le projet de recherche vise donc à évaluer l’effet du contact avec la peau immédiatement après la naissance chez les enfants nés avec un très faible poids. Outre l’étude des effets directs de cette méthode, la santé et le développement à long terme des enfants feront également l’objet d’un suivi, et l’on observera les répercussions sur l’allaitement et le lien d’attachement.

La proximité peut-elle sauver des prématurés ?

Des études antérieures sur le contact avec la peau portant sur des nouveau-nés au Zimbabwe, en Afrique du Sud et au Vietnam laissent espérer que le nombre de bébés prématurés qui survivent pourrait augmenter considérablement et des centaines de milliers d’enfants pourraient ainsi être sauvées chaque année. Avec cette nouvelle étude, nous espérons pouvoir montrer comment un contact précoce avec la peau peut apporter des avantages évidents pour la santé et le développement des enfants, même dans les pays qui bénéficient de ressources suffisantes et qui placent généralement les bébés prématurés dans un incubateur.

Des centaines de milliers d’enfants pourraient ainsi être sauvées.

Ces réflexions sont novatrices aujourd’hui et pourraient révolutionner les soins obstétricaux, en particulier dans les pays pauvres. Pour nous, qui avons toujours été les plus ardents défenseurs de la proximité entre parents et enfants, il est évidemment exaltant d’apprendre que la proximité peut parfois sauver des vies plus efficacement que les machines.