Sport pendant la grossesse - Puis-je faire du sport tout en étant enceinte ?

Vous êtes enceinte et vous vous demandez peut-être comment continuer de faire du sport. La blogueuse Petra Månström vous raconte ici comment elle a organisé ses séances de sport pendant la grossesse.

Magazine BABYBJÖRN – Petra Månström fait de la musculation au gymnase pendant sa grossesse.
La musculation avec des poids légers a été un type de sport pendant la grossesse qui s'est avéré concluant pour Petra Månström.
Photo : photo privée

Vous êtes enceinte ? Félicitations ! Vous vous demandez comment vous allez pouvoir continuer de faire du sport ? Vous n’êtes pas la seule ! L’an dernier, je suis exactement passé par là.

J’ai découvert que j’étais enceinte, ce qui est bien sûr merveilleux, mais la dingue de sport que je suis s’est inquiétée. Comment pourrais-je faire du sport en étant enceinte ? Comment aussi faire du sport après la naissance de mon bébé ?

J’ai fait des recherches intensives d’articles et de documents sur le sport pendant la grossesse sans trouver d’informations convaincantes. Je me suis aperçu très vite que je ne pouvais me fier qu’à moi-même, et faire autant de sport que possible mais en restant extrêmement attentive aux signaux envoyés par mon corps.

La course à pied pendant la grossesse ?

Avant que je tombe enceinte, la course à pied était mon activité principale, mais dès le début de ma grossesse, j’ai commencé à avoir des problèmes. J’étais très vite à court de souffle et je n’arrivais pas à respirer profondément. Rien de surprenant à cela car le volume sanguin augmente fortement lorsqu’on est enceinte.

De plus, j’accumulais l’acide lactique plus rapidement que jamais et même si je courais à un rythme très lent pour moi, mes jambes étaient comme du béton. Par la suite, mon ventre a commencé à grossir et comme tout était comprimé vers le bas, j’avais continuellement envie d’uriner.

Courir était carrément impossible, même si j’allais aux toilettes plusieurs fois avant mon départ : je devais aller aux toilettes après seulement quelques kilomètres. En conséquence, à peu près à la vingtième semaine, j’ai décidé d’abandonner provisoirement la course à pied.

Quel sport pouvais-je faire enceinte ?

Quels exercices pouvaient alors convenir ? Le vélo en salle et la musculation ! De toute évidence, je ne pouvais pas me donner à fond comme à l’habitude, mais tout allait encore étonnamment bien.

J’ai fait ma dernière session de spinning le jour qui a précédé la naissance (!). C’était fantastique de pouvoir faire le plein d’endorphine, de pouvoir aller jusqu’au bout de soi-même. J’ai fait la musculation en groupe (entraînements en cercle, haltères, etc.) ou seule dans la salle de gym.

Je faisais les mêmes exercices qu’avant d’être enceinte, mais en réduisant les charges et en augmentant le nombre de répétitions. Par ailleurs, j’ai laissé tomber les exercices abdominaux, les fentes avant et les soulevés de terre, et, par contre, j’ai fait en quantité des gainages dos et des exercices de Kegel !

Le sport a soulagé les douleurs pelviennes

Si vous avez le malheur de souffrir de douleurs pelviennes, pratiquer le sport devient un peu plus compliqué et, dans le pire des cas, il faut s’arrêter complètement. J’ai souffert du syndrome du périnée descendant (SPD) en fin de grossesse et les exercices m’ont permis de lutter contre la douleur.

Si vous rencontrez ces problèmes, je vous encourage à consulter un physiothérapeute spécialisé en rééducation périnéale et pelvienne pour femme enceinte. Vous serez bien mieux conseillée que par un médecin généraliste ordinaire ou une sage-femme. Le massage pour femme enceinte peut aussi faire des merveilles pour les muscles endoloris.

Bises de Petra Månström

Petra Månström

Âge : 39.
Situation familiale : en couple avec Jonas et maman d’Adrian âgé de 4 mois.
Emploi : journaliste spécialiste de la santé et de l’entraînement physique. Dirige Maratonpodden, le plus grand podcast scandinave consacré aux sports d’endurance, ainsi que des blogs sur le site blogg.mama.nu/petramanstrom. A publié en 2014 le livre « Det är bara att springa » (Il suffit de courir) aux éditions Karavan.