Devenir papa pour la deuxième fois

Devenir papa la première fois, c'est comme faire un voyage dans l'inconnu. Tout est nouveau. La deuxième fois, on est mieux préparé, mais aussi plus inquiet, car on a déjà fait quelques expériences. Et il faut maintenant s'occuper de deux enfants, raconte le papa blogueur Pierre Bel. 

Magazine BABYBJÖRN – Le soleil brille et Pierre est assis dans l'herbe avec ses deux filles sur les genoux.
Devenir papa, c'est à chaque fois une expérience passionnante. La première fois, tout est nouveau. La seconde fois, on est mieux préparé, mais on est aussi plus inquiet.
Photo : monpapa.fr

On dit que chaque grossesse est différente et ce fut aussi le cas chez nous, parce que c’était la deuxième fois et aussi car 3 ans s’était écoulés depuis la naissance de Luna. Pendant les neuf mois de la seconde grossesse d’attente j’ai pris conscience petit à petit de l’arrivée de bébé… Choisir la décoration de la chambre, les petits habits, flâner dans les magasins de puériculture en famille à la recherche d’objets plus mignons les uns que les autres m’ont permis de me préparer à être papa une seconde fois.

Quelques conseils pour préparer les papas à l’accouchement

J’estime avoir été bien présent pour les deux grossesses même si pour la dernière ma femme a eu encore plus besoin de mon soutien car ce n’est pas la même chose d’être enceinte pour un premier enfant que pour un deuxième.

Mon rôle de père fut décuplé.

Là, Luna avait à peine 3 ans et demandait encore beaucoup d’attention. Et voir sa maman changer, être plus fatiguée ce n’était pas si simple pour elle même si elle était ravie de se préparer à être grande sœur.

Magazine BABYBJÖRN – Dessin de la maman enceinte et de la future grande sœur assise dans le canapé.
Devenir grande sœur, c’est un grand évènement. Luna, excitée par sa mission, a pris son rôle très au sérieux.
Photo : monpapa.fr

Je connaissais déjà les rudiments de la grossesse : les nausées, les douleurs les sautes d’humeur et je me suis senti plus prêt à aider ma femme à affronter tout cela. Et puis, à 6 mois de grossesse, ma femme, très active, a du cesser toute activité, réduire ses déplacements au strict minimum. Lorsque la sage femme nous a prévenu d’une menace d’accouchement prématuré j’ai du prendre entièrement les rênes de gestion et d’organisation de la maison.

Magazine BABYBJÖRN – Dessin de Monpapa qui essaye de faire en sorte que tout soit parfait dans la maison.
Ma femme, d’habitude si énergique, avait reçu l’ordre de se reposer. J’ai donc pris le contrôle de la maison. Avec peu d’instructions de sa part…
Photo : monpapa.fr

Les courses, le ménage, les activités de Luna, mon rôle de papa fut décuplé à ce moment là. J’ai essayé de faire de mon mieux pour que mon épouse ne s’inquiète pas de savoir si les choses étaient bien faites ou pas, tout devait être parfait pour qu’elle puisse se reposer.

Lire aussi : Devenir papa – des conseils sur le rôle du père

De plus pour cette seconde grossesse nous avons changé de maternité. La première avait été compliquée et l’accouchement pour Luna très difficile. Alors, pour ne pas appréhender chaque rendez-vous avec le gynécologue et afin de repartir sur de bonnes bases ma femme a choisi d’accoucher dans un autre hôpital.

L’équipe, jeune, à l’écoute et motivée a su nous redonner confiance à chaque visite. J’ai été présent pour chaque échographie même si en regardant le petit écran qui me faisait face j’avais bien du mal à suivre les indications du gynécologue « : et là c’est son estomac, son pied droit… » dur dur de s’y retrouver mais je me laissais bercer par ses paroles bienveillantes et je souriais en écoutant les battement rapides et réguliers du petit cœur de Maëlie, tout devenait plus concret !

Chaque rendez-vous restait pour moi un moment stressant car la peur d’une complication, d’un problème survenu au bébé était source d’angoisse. Au final Maëlie était en pleine forme et bougeait tellement qu’elle donnait du fil à retordre au spécialiste !

La peur de ne pas partir au bon moment était bien présente dans mon esprit.

Habitant à la campagne, dans un désert médical certain, les maternités se situent toutes à 1 heure de route de la maison. 1 heure c’est long quand l’urgence est réelle. La peur de ne pas partir au bon moment était bien présente dans mon esprit. Finalement Maëlie a été conciliante et a laissé largement le temps à papa et maman d’arriver sereinement à la maternité . On a même eu le temps de monter et descendre les 11 étages plusieurs fois pour tenter d’accélérer les choses, en vain ! Ma femme a gagné une belle entorse et mes jambes s’en souviennent encore ! A la fin je connaissais les dédales d’escaliers entre les différents services et l’emplacement des différentes machines à café par cœur.

Durant les deux grossesses j’ai été très admiratif du courage et de la volonté de ma femme et à chaque fois cela s’est terminé merveilleusement bien avec l’arrivée de mes filles qui me comblent de bonheur au quotidien.

Avoir un deuxième enfant bouleverse tout. Ou bien on s’adapte ?

Lire tous les articles de Pierre Bel ici

Magazine BABYBJÖRN – Le papa blogueur Pierre Bel se dessine avec sa fille.
 
Photo : monpapa.fr

Pierre Bel

Lieu de résidence : Saint-Céré, dans la campagne française

Emploi : dirige le blog monpapa.fr qui raconte la vie de sa petite famille

Situation familiale : marié et papa de deux petites filles, Luna et Maëlie