Récit d’accouchement à domicile

Amélie, qui vit en France, n'a même pas eu le temps de se rendre à la maternité car son fils Baptiste a soudain décidé de naître à la maison, sur le canapé. Découvrez son récit palpitant où elle raconte comment elle a dû accoucher à domicile de façon non planifiée.

Magazine BABYBJÖRN – Yannick embrasse Amélie sur le front après qu’elle a accouché à domicile de manière non planifiée.
Amélie n'avait pas prévu d’accoucher à domicile quand soudain ils n’eurent même pas le temps de se rendre à la maternité.
Photo : Collection privée

Voici mon récit d’accouchement à domicile

Enceinte de mon 2e enfant, j’étais à 10 jours du terme. Nous étions chez des amis pour une petite soirée raclette quand subitement j’ai eu des contractions douloureuses. Mon mari Yannick qui est pompier m’a donc amené ce lundi soir 25 septembre 2016 à la maternité.

Une heure plus tard mes contractions se sont calmées. Je suis donc rentrée chez moi.

Mes contractions étaient régulières, j’étais ouverte à 2 1/2, on m’a donc proposé d’aller en salle d’accouchement et d’avoir la péridurale, ce que j’ai refusé car je souhaitais essayer sans. On m’a alors proposé d’aller en salle « nature » pour me décontracter et prendre un bain ce que j’ai accepté. Une heure plus tard mes contractions se sont calmées. Je suis donc rentrée chez moi.

Découvrez le récit d’Emma sur son accouchement dans la 26e semaine

Le lendemain les contractions étaient toujours douloureuses mais irrégulières. Pour essayer d’accélérer le travail, j’ai alors fait mon ménage et en fin de journée nous avons été faire quelques courses dans un magasin situé à côté de la maternité. Yannick m’a proposé de me rendre à la maternité ayant toujours ces contractions douloureuses mais j’ai refusé car elles n’étaient toujours pas régulières (15min, 8min…). Nous sommes rentrés chez nous, j’ai alors pris de nouveau un bain pour voir si les contractions allaient se calmer comme la veille au soir.

J’ai compris que nous n’aurions même pas le temps de nous rendre à la maternité.

15 minutes plus tard à 21h20 j’ai rompu la poche des eaux dans mon bain. J’ai prévenu Yannick et j’ai essayé de me préparer pour me rendre à la maternité. Les contractions s’étaient intensifiées et ne me quittaient plus. Je n’arrivais même plus à marcher. Yannick a prévenu mon père pour qu’il vienne garder notre fille, il fallait donc l’attendre, il habite à 20min de chez nous.

À peine 5 min après j’ai dit à mon mari d’appeler un voisin, que nous n’aurions pas le temps d’attendre l’arrivée de mon père.
Puis dans la foulée, j’ai compris que nous n’aurions même pas le temps de nous rendre à la maternité située à 20min de chez nous. Yannick a alors appelé ses collègues pompiers puis il m’a aidé pour que je m’installe dans le canapé. Mon père est arrivé pour garder notre fille de 2 ans, il a alors compris en voyant la situation que j’allais accoucher chez moi. Il a pris notre fille et l’a amenée dans sa chambre.

Anna :« Comme c’était mon premier enfant, on m’a dit que j’accoucherai probablement en retard. »

Magazine BABYBJÖRN – Activité intense dans le salon après qu’Amélie a dû soudain accoucher à la maison.
Les pompiers et les ambulanciers sont arrivés sur place quelques minutes après la naissance de leur fils.
Photo : Collection privée

J’ai senti la tête de mon bébé et j’ai eu une envie très forte de pousser. Yannick a juste eu le temps de prendre quelques serviettes. 21h45 après 2-3 poussées notre fils est né. Ses collègues sont arrivés 3-4 minutes plus tard suivi du SAMU. Ce fut un moment merveilleux partagé avec mon mari. Notre fils très pressé de nous rencontrer est né en 25 minutes à 21h45 mardi 26 septembre.

Magazine BABYBJÖRN – Le nouveau-né Baptiste enveloppé dans du papier d'aluminium après sa naissance.
Le fils d’Amélie et de Yannick est né en 25 minutes à la maison, sur le canapé.
Photo : Collection privée

Avec le recul, je me rends compte de la chance que j’ai eu que Yannick était présent quand c’est arrivé. Malgré qu’il soit pompier il n’avait jamais pratiqué d’accouchement. Il est très heureux d’avoir pu mettre au monde son fils. Quant à notre fils, il n’y avait pas eu de naissance dans notre village depuis plus de 30 ans…

Texte: Amélie Guédon

Découvrez aussi un récit d’accouchement du point de vue d’un papa


Publiez votre récit d’accouchement sur This is Life !

Nous sommes curieux de le connaître. Envoyez par mail votre récit d’accouchement (max. 500 mots) ainsi qu’une photo à l’adresse magazine@babybjorn.com

Nous nous réservons le droit de modifier votre texte si nous décidons de le publier. Veuillez noter qu’aucune rémunération n’est offerte.


Magazine BABYBJÖRN – Récit de naissance : accoucher à domicile

Amélie Guédon

Je vis dans le Pas de Calais avec mon mari Yannick et nos deux enfants, Alice 2 ans et demi et Baptiste 6 mois. Il ne se passe pas un jour sans que je pense à la façon dont notre fils est né. Si nous devions avoir un troisième enfant, nous ferions sans doute la même chose, mais cette fois de préférence avec l’aide d’une sage-femme.