Récit d'accouchement : j'ai donné naissance dans la voiture en un rien de temps

« Sentir une tête pointer entre ses jambes alors qu'on est toute habillée, c'est un peu la panique ! » Tina a accouché en voiture, alors qu'elle était en route vers l'hôpital. Elle raconte ici comment elle a donné naissance dans la voiture en un rien de temps.

Magazine BABYBJÖRN – Tina a accouché en voiture très vite, au milieu de l'autoroute. Heureusement, tout s'est passé à merveille.
Nous parlons souvent de la façon dont notre petite Moa est venue au monde. Beaucoup de rires, d'amour mais aussi de « Et imagine si... ? ».
Photo : Johnér

À ne pas manquer ! Accoucher à domicile

Notre accouchement en voiture

Nous avions une petite fille de deux ans et demi et attendions notre deuxième enfant. Mes deux grossesses s’étaient très bien passées : j’avais été en excellente forme.

Notre première fille est arrivée avec trois semaines d’avance, seulement cinq heures après que j’ai perdu les eaux. Nous étions donc un peu nerveux à l’approche de cette nouvelle naissance.

S’agissait-il du bouchon muqueux ?

Le terme était fixé au 17 juillet. Le 10, nous sommes partis en voiture voir mon gynécologue à Malmö, à un peu plus de 20 km. Jusque-là, tout était calme dans mon ventre. D’après le médecin, tout allait très bien, mais mon col étant à peine ouvert, il nous fallait simplement attendre. Le 12, je me suis réveillée avec des maux de ventre. Aux toilettes, j’ai vu du sang et du mucus. S’agissait-il du bouchon muqueux ?

Lire également ! Né trop tôt

J’ai appelé la clinique de gynécologie et ai raconté mon premier accouchement. Là, on m’a conseillé de chronométrer mes contractions. Si elle était espacées de 5-6 minutes, il fallait nous rendre à la natalité. Ayant observé que mes contractions survenaient seulement toutes les 10-11 minutes, je suis allée faire une sieste avec ma fille.

Bébé en route

Je me suis soudain réveillée, prise d’un pressentiment. J’ai appelé mon conjoint en pleurant : « J’ai tellement mal, il faut que tu rentres à la maison », lui ai-je dit. « Le bébé est en route. »

15 minutes plus tard, il était chez nous. Lorsqu’il a franchi le pas de la porte, je tenais à peine sur mes jambes. « On n’arrivera jamais à temps », ai-je dit.

À peine arrivés sur l’autoroute, j’ai hurlé à mon conjoint que la tête était en train de sortir.

Magazine BABYBJÖRN – Une naissance dans la voiture avec une fin heureuse. Tina a fini par arriver à l'hôpital avec sa petite Moa.
L’ambulance est arrivée et nous a emmenés à l’hôpital. Une fois à l’intérieur, nous avons appris que notre fille mesurait 48 cm et pesait 3,580 kg. Elle était absolument parfaite !
Photo : privée

Une naissance dans la voiture, au milieu de l’autoroute

J’ai appelé les urgences et leur ai expliqué que j’allais accoucher et que nous n’arriverions pas à temps ! Mon conjoint était déjà assis dans la voiture, prêt à partir pour l’hôpital.

Mon interlocuteur m’a demandé si j’avais déjà perdu les eaux. Au moment même où il m’a posé la question, ça a fait comme un « plouf » ! Et tandis que je perdais les eaux, la première poussée est arrivée.

À lire aussi : L’accouchement raconté du point du vue d’un papa

À peine arrivés sur l’autoroute, j’ai hurlé à mon conjoint que la tête était en train de sortir ! Il faut qu’il reste à l’intérieur ! À la poussée suivante, la tête a fait son apparition.

« Sentir une tête pointer entre ses jambes alors qu’on est toute habillée, assise dans une voiture avec un énorme siège enfant derrière soi, c’est un peu la panique ! » Je n’étais pas tellement paniquée à l’idée que j’étais en train d’accoucher, mais plutôt parce que je me demandais comment j’allais réussir à enlever ce f… pantalon.

J’ai fini par réussir à enlever mon pantalon et je tenais dans mes mains la tête de notre bébé. Tandis que mon conjoint arrêtait la voiture et en faisait le tour pour me rejoindre, une dernière poussée a fait sortir le reste de notre bébé. Il l’a et l’a mis sur mon ventre.

Deux minutes plus tard…

Il s’est écoulé à peu près 2 minutes entre le moment où j’ai perdu les eaux et celui où notre bébé reposait sur mon ventre. Être à moitié allongée dans une voiture au milieu de l’autoroute avec son bébé sur le ventre est comme vous pouvez l’imaginer un sentiment difficile à décrire, mais j’étais là, heureuse et soulagée.

L’ambulance est arrivée et nous a emmenés à l’hôpital. Une fois à l’intérieur, nous avons appris que notre fille mesurait 48 cm et pesait 3,580 kg. Elle était absolument parfaite, aussi parfaite qu’il est possible d’être.

Beaucoup de personnes nous ont demandé comment nous allions et si nous n’étions pas totalement traumatisés par cette expérience. La réponse était NON ! Tout allait en fait très bien. L’évènement s’est déroulé sans heurts et simplement, et notre bébé comme moi nous en sommes sortis sans une égratignure. La nature fait bien les choses. Nous sommes très heureux et fiers de notre fille qui nous a offert un souvenir spécial pour la vie.

Les 10 raisons qui me font regretter mon ventre rond


Faites publier votre récit d’accouchement dans This is Life !

Votre histoire nous intéresse. Envoyez-nous votre récit d’accouchement (500 mots max.) accompagné d’une photo à magazine@babybjorn.com

Nous nous réservons le droit de modifier votre texte avant toute publication éventuelle. Nous envisageons éventuellement une rémunération des participants.


 

Magazine BABYBJÖRN – Une naissance dans la voiture pour cette famille composée de Tina, Robin et leurs deux filles.

Tina

Notre famille se compose de moi-même, mon conjoint, nos deux filles de respectivement 3 ans et 9 mois ainsi que de notre chien Chico. Nous habitons à Svedala, dans la banlieue de Malmö, dans la maison que nous avons achetée lorsque notre aînée a eu 5 mois.

À propos de cette naissance en voiture : 
« Nous parlons constamment de la manière dont notre petite Moa est venue au monde. Beaucoup de rires, d’amour mais aussi de « Et imagine si… ? » Mais tout s’est passé à merveille et je suis très fière de mes enfants et de mon fantastique conjoint. »