9 causes de douleurs liées à l’allaitement et conseils pratiques

L’allaitement peut sembler évident et constituer le meilleur moyen d’établir le lien entre la mère et l’enfant. Mais cette expérience peut s’avérer frustrante si vous souffrez de mamelons douloureux, d’engorgement mammaire ou si vous avez un bébé qui mord. Vous trouverez dans cet article les causes habituelles des douleurs liées à l’allaitement ainsi que des conseils pratiques pour faciliter l’allaitement.

 
Photo : Johnér

Douleurs liées à l’allaitement : voici ce que vous pouvez faire

1. Engorgement mammaire

Les causes de l’engorgement mammaire sont nombreuses, mais voici les plus habituelles : une mauvaise position et une prise du sein inadaptée, sauter une tétée, tirer trop fréquemment son lait, ne pas pouvoir allaiter son bébé (quelle qu’en soit la raison) ou un sevrage trop rapide. Pour faire simple, le problème vient d’un déséquilibre entre la quantité de lait produite et la quantité utilisée. Les symptômes de l’engorgement mammaire sont notamment des seins lourds, durs, chauds et sensibles, vous avez l’impression qu’ils vont éclater !

Solution : l’engorgement mammaire s’améliore normalement si vous continuez à allaiter. Pour vous aider à surmonter l’engorgement mammaire, consultez votre sage-femme/professionnel de santé pour vous assurer que la position et la mise au sein de votre bébé sont adaptées à un transfert efficace du lait. Prévoyez d’allaiter toutes les heures et demie à 2 heures le jour et toutes les 2 à 3 heures la nuit. Laissez à votre bébé le temps de vider un sein avant de le mettre à l’autre. Évitez d’utiliser des biberons et des tétines.

Portez un soutien-gorge d’allaitement qui ne comprime pas votre poitrine, changez de position pendant l’allaitement, gardez vos seins au chaud et commencez toujours par le sein douloureux. Massez le sein pendant la tétée pour que les canaux galactophores se vident plus facilement. Contactez votre sage-femme/puéricultrice si les douleurs liées à l’allaitement ne s’atténuent pas au bout d’un ou deux jours.

LIRE AUSSI : 7 conseils sur l’allaitement pour les nouvelles mamans

2. Infection ou inflammation mammaire/mammite

Si vous avez des symptômes similaires à ceux d’un état grippal, tels qu’une fièvre élevée, de la fatigue et des douleurs articulaires, des seins douloureux, gonflés et durs, vous pouvez souffrir d’une infection ou d’une inflammation, aussi appelé mammite. Normalement, seul un sein est atteint à la fois. La mammite est souvent causée par un surplus de lait dans le sein et par un engorgement non résolu. Le problème peut aussi provenir du fait que votre bébé ne prend pas le mamelon correctement dans sa bouche ou que les tétées ne sont pas assez régulières.

Solution : si vous souffrez d’une mammite, parlez-en à votre sage-femme ou puéricultrice pour vérifier si votre bébé est bien positionné ou prend bien le mamelon dans sa bouche.

Essayez de vous reposer autant que possible. Assurez-vous de manger et de boire suffisamment. Continuez à allaiter, en commençant par le sein atteint. Massez légèrement le sein lors de la tétée. Si vous souffrez de symptômes similaires à ceux d’un état grippal, consultez votre médecin, car vous aurez peut-être besoin d’antibiotiques. La mammite peut aussi modifier le goût du lait et parfois les bébés refusent de téter. Si c’est le cas, tirez votre lait au sein atteint jusqu’à la guérison.

Des mamelons douloureux sont la complication la plus habituelle liée à l’allaitement et la raison principale pour laquelle les femmes arrêtent d’allaiter.

3. Mamelons douloureux

Des mamelons douloureux peuvent être un signe que le bébé est mal positionné et prend mal le sein dans sa bouche. Des mamelons douloureux sont la complication la plus habituelle liée à l’allaitement et la raison principale pour laquelle les femmes arrêtent d’allaiter. C’est un problème qui survient habituellement au cours des premières semaines suivant la naissance.

Solution : demandez à votre sage-femme ou à votre puéricultrice de regarder pendant que vous allaitez pour vérifier si le bébé est bien positionné et tète correctement le sein. Essayez différentes positions d’allaitement. Demandez à votre sage-femme ou puéricultrice de vérifier que votre bébé n’est pas atteint d’une ankyloglossie, anomalie qui peut affecter sa façon de téter. Appliquez une crème mammaire à base de lanoline et sachez que vous pouvez utiliser des bouts de sein lorsque vous allaitez. Vous pouvez aussi masser vos mamelons et aréoles avec un peu de votre lait après l’allaitement pour un effet curatif.

LIRE AUSSI : 15 éléments qui prouvent que les parents ont des super-pouvoirs

4. Mycoses

Les douleurs liées à l’allaitement proviennent parfois d’une mycose, lorsque le champignon Candida, naturellement présents dans la bouche de bébé, se multiplie excessivement et cause une mycose (ou muguet) qui s’étend aux mamelons, aux aréoles et aux canaux galactophores. Une mycose peut causer des irritations, des brûlures et des démangeaisons au niveau des mamelons ou des aréoles. Vos mamelons peuvent être gercés et crevassés et vos aréoles peuvent gonfler, suinter et peler. Lorsqu’elle atteint les canaux galactophores, la mycose peut engendrer des douleurs, des brûlures et des démangeaisons dans vos seins.

Si une mycose est la source de vos douleurs, vous remarquerez que votre bébé en souffre aussi, son palais et sa langue étant recouverts de taches blanches.

Solution : si vous pensez que vous ou votre bébé souffrez d’une mycose, parlez-en à votre médecin traitant ou puéricultrice qui prescrira des médicaments pour vous et pour votre bébé. Il est important de vous soigner tous les deux afin d’éviter les rechutes.

Ce que vous pouvez faire : les champignons prolifèrent dans des conditions humides. Essayez d’aérer vos seins aussi souvent que possible et soyez vigilante concernant l’hygiène de vos mains. Utilisez des coussinets d’allaitement pour que l’intérieur de votre soutien-gorge reste sec et propre. Stérilisez les tétines, les bouts de sein, les coussinets réutilisables, les jouets dentaires de votre bébé, les biberons, etc. tous les jours. Lavez également vos sous-vêtements, soutiens-gorge et serviettes fréquemment.

5. Fuites de lait

Les fuites de lait sont naturelles au début. Elles se produisent souvent au niveau du sein qui n’est pas utilisé pendant la tétée.

Solution : allaitez souvent. Plus vous allaitez, moins vous aurez de fuites. Si vous avez des fuites importantes, vous pouvez porter des coques d’allaitement qui vous permettent de récupérer le lait. Si vous avez des fuites même lorsque vous n’allaitez pas, vous pouvez acheter des coussinets d’allaitement à placer dans votre soutien-gorge.

LIRE AUSSI : Allaitement – la version non censurée !

6. Un bébé qui mord

Aïe ! Cela peut faire vraiment mal lorsque votre bébé mord votre mamelon. Vous pouvez même craindre d’allaiter. Bébé mord souvent lorsqu’il commence à faire ses dents, ce qui peut se produire dès 3 mois.

Solution : arrêtez d’allaiter chaque fois que votre bébé vous mord afin de lui montrer que cela fait mal. N’hésitez pas à insérer délicatement votre doigt dans le coin de sa bouche afin de le faire lâcher votre mamelon. Dites « non » d’une voix ferme, puis reprenez l’allaitement.

Si votre bébé refuse de téter, il essaye peut-être de vous dire que quelque chose ne va pas.

7. Quand votre bébé refuse de téter

Si votre bébé refuse de téter, il essaye peut-être de vous dire que quelque chose ne va pas. Votre bébé peut avoir un rhume ou une otite, ou il peut être gêné par la poussée de ses dents. Votre débit de lait peut aussi être plus lent. Ou votre bébé peut simplement être gêné par autre chose.

Solution : si vous pensez que votre bébé est malade, contactez votre médecin ou une puéricultrice. Mais si vous pensez que votre bébé se laisse facilement distraire, essayez d’allaiter dans un endroit calme avec un éclairage réduit. Essayez également de porter un collier d’allaitement qui aide l’enfant à se concentrer pendant qu’il est au sein.

Essayez aussi d’allaiter votre bébé lorsqu’il est très fatigué, variez les positions d’allaitement, allaitez debout ou en marchant et favorisez le contact peau à peau. Si vous pensez que votre bébé refuse d’allaiter en raison d’une poussée dentaire, appliquez une petite quantité de gel de dentition pour anesthésier ses gencives.

8. Pas assez de lait

Il est très rare de ne pas avoir assez de lait. Mais vous vous inquiétez bien évidemment lorsque vous avez l’impression que votre bébé tète tout le temps, mais ne prend pas de poids ou que vos seins semblent moins remplis qu’au début. Ce problème peut survenir si vous allaitez insuffisamment, car cela affecte la montée de lait. Un mauvais positionnement, une succion inadaptée, une ankyloglossie, des biberons de lait en poudre, la prise de médicaments ou une chirurgie mammaire antérieure peuvent aussi être la cause du problème.

Solution : augmentez votre production de lait en favorisant le contact peau à peau avec votre bébé et en allaitant plus fréquemment. Ces actions stimulent l’hormone ocytocine, qui est importante pour la production de lait. Si possible, restez alitée avec votre bébé pendant 24 heures en vous concentrant sur le contact peau à peau, allaitez toutes les 2 heures le jour et toutes les 3 heures la nuit. Changez de sein toutes les 5 minutes afin de stimuler les deux seins en même temps. Tirez votre lait entre 15 et 20 minutes après chaque tétée.

Si vous vous inquiétez parce que vous pensez que votre bébé ne reçoit pas assez de lait, n’hésitez pas à contacter votre sage-femme, votre puéricultrice ou votre spécialiste de l’allaitement.

LIRE AUSSI : Allaiter en public : 5 conseils pour éviter de stresser

9. Trop de lait

Si vous produisez trop de lait, votre bébé risque d’avoir du mal à vider chaque sein. Vous éprouverez une sensation de tension et d’inconfort permanente au niveau des seins. Cela peut provenir d’une montée de lait trop importante. Votre bébé peut avoir du mal à allaiter lorsque votre lait s’écoule trop rapidement et en trop grande quantité. Tirer son lait trop fréquent ou ne pas laisser bébé vider le sein avant de passer à l’autre peut entraîner un surplus de lait.

Solution : une surproduction de lait se résorbe naturellement avec un peu de temps. Vous pouvez essayer d’allaiter avec un seul sein pendant 3 à 5 heures pour essayer d’y remédier. Contactez votre sage-femme, votre puéricultrice ou votre spécialiste de l’allaitement pour obtenir des conseils précis concernant cette méthode. Le principe repose sur le fait qu’un sein plein ne produit pas de lait et c’est une manière d’essayer de réduire la quantité de lait produite.

Si vous avez une importante montée de lait, vous pouvez tirer du lait avant d’allaiter votre bébé afin de ralentir votre débit. Massez doucement vos canaux galactophores pour réduire la pression. Essayez également différentes positions lorsque vous allaitez. Vous pouvez vous coucher sur le côté ou tenir votre bébé plus droit lorsque vous allaitez pour réduire la pression.


Sources: babycenter.com, womenshealth.gov

Cet article a été révisé par Katie Hilton, sage-femme et puéricultrice au Royaume-Uni.

N’hésitez pas à demander de l’aide et des conseils.

Contactez toujours votre médecin si vous pensez que vous ou votre bébé êtes malades. Contactez-le également si vous pensez que votre bébé ne reçoit pas assez de lait ou si vos seins sont douloureux en permanence.

Si vous avez des questions ou besoin d’aide et de conseils, contactez votre sage-femme, votre puéricultrice ou votre spécialiste de l’allaitement.