Heureux et terrifié à la fois

C’est une expérience bouleversante de devenir papa. De l’amour puissance mille, des émotions puissance mille. Dans le rôle de papa, il y a aussi une part d’incertitude et une nouvelle façon d’aborder les choses. Allez à la rencontre de Pierre, Josh, Kim, Mikael, Stefan et William qui nous racontent leur expérience.

Pierre

BABYBJÖRN Le Magazine des parents – Récits de papas, Pierre raconte ici le peur qu’il a ressenti en devenant père.
Quand Olivia est née, Pierre s’était préparé à des débuts difficiles. La différence est énorme avec la naissance de Lukas, trois ans plus tôt.
Photo : BabyBjörn

« Les premiers temps ont été très difficiles. Il criait sans arrêt et je n’arrivais à le consoler que dans une certaine mesure. Il lui fallait sa maman. J’étais insuffisant et c’était un sentiment difficile à gérer. Vouloir tout faire pour aider mon enfant et réaliser que je ne suffisais pas. Je ne me suis jamais senti aussi insignifiant. »

Lisez le récit de Pierre : « Je ne me suis jamais senti aussi insuffisant »

Pierre Weintraub, 29 ans, est le papa d’Olivia (7 semaines) et de Lucas (3 ans). Il vit à Göteborg, où il jongle entre les pleurs d’enfants, la direction d’un club, ses activités de DJ et de vendeur ainsi que sa collection de sneakers.

Joshua

Magazine BABYBJÖRN – Récits de papas, Joshua raconte ici la naissance de sa fille.
Josh et sa femme ont fait neuf tests de grossesse avant d’oser y croire.
Photo : Babybjörn

« Pendant les 20 premières minutes de son existence, nous étions seuls au monde. Je n’oublierai jamais ce moment. Au fond de moi, je savais déjà que je maîtrisais mon rôle. J’étais son papa. »

Lisez le récit de Joshua : « Je ne trouvais pas d’autres hommes à qui parler »

Joshua Harris, 31 ans, est le papa de Darcy (8 mois). Il habite à Birmingham, où il travaille comme producteur, mais c’est aussi un gastronome et un vloggeur opérant sous le pseudo The DadHe.

Kim

Magazine BABYBJÖRN – Récits de papas, Kim raconte ici la FIV et comment ils sont devenus parents.
Le rire de Charlie a donné à Kim une force qu’il ne soupçonnait pas.
Photo : BabyBjörn

« Cela faisait deux ans qu’on essayait d’avoir un enfant. C’était difficile, tout le monde nous questionnait et rabâchait. Ils n’étaient au courant de rien. J’ai appelé ma mère après la première FIV pour lui dire qu’on attendrait sans doute un enfant d’ici un mois. Les larmes ont coulé. Elle avait traversé la même épreuve avant de m’adopter. »

On a vu battre un cœur. En août, Charlie sera grand frère.

« A l’adolescence, je n’avais aucun contact avec mon père. Pourtant quelques-uns de mes plus beaux souvenirs sont avec lui. Aujourd’hui, il souffre de démence. Il n’a jamais rencontré Charlie. J’y pense souvent. Je ne me suis pas soucié d’avoir été adopté jusqu’à maintenant. Mais Charlie est la seule personne avec qui j’ai un lien de sang. Je suis en train de créer une nouvelle famille. »

« Même si c’est difficile, on veut encore essayer. On a congelé plusieurs ovocytes pendant le traitement FIV. Et voilà qu’on a vu battre un cœur. En août, Charlie sera grand frère. »

Kim Nordin, 33 ans, est le papa de Charlie (9 mois). Il vit à Upplands Väsby, au Nord de Stockholm, travaille comme bagagiste à l’aéroport d’Arlanda et supporte l’équipe de foot AIK.

Mikael

Magazine BABYBJÖRN – Récits de papas, Mikael raconte comment on vit avec trois enfants et le désir d’en avoir d’autres.
« Dans une fratrie de trois, personne n’est jamais seul. »
Photo : BabyBjörn

« Il est impossible de se préparer à l’émotion qu’on ressent en devenant papa. Les premiers cris frêles de mes enfants m’ont touché en plein cœur. »

J’ai trois enfants de moins de cinq ans. Alors bien sûr, c’est difficile.

« J’ai trois enfants de moins de 5 ans. Alors bien sûr, c’est difficile. Mais c’est ce que j’ai fait de mieux. On ne s’est jamais demandé si on allait avoir des enfants, mais combien on en aurait. Qui sait ? Peut-être qu’il y en aura plus que trois. »

« Ma mère est morte quand j’avais 20 ans. Elle s’était alors occupée seule de mon frère et de moi pendant deux décennies. Je crois que je lui ressemble. Je la reconnais dans ma façon d’exercer mon rôle de parent. »

Mikael Niva, 35 ans, est le papa de Vinter (6 mois), Vegas (3 ans) et Diesel (5 ans). Il vit à Tyresö, dans l’archipel de Stockholm. Il est concepteur d’interfaces, mordu de forêt et regrette parfois les coins de pèche de sa Laponie natale.

Stefan

Magazine BABYBJÖRN – Récits de papas, Stefan raconte l’arrivée d’un bébé lorsqu’on a déjà de grands enfants.
Les grands frères Tim et Albert sont les héros préférés de Leo.
Photo : BabyBjörn

« J’en avais terminé avec les bébés. J’avais déjà trois enfants à moi, et un fils en prime. Et puis Leo est arrivé. D’une certaine façon, il est devenu le lien qui nous unit tous les sept. »

J’en avais terminé avec les bébés.

« Nous avons traversé des épreuves, mes enfants et moi. Leo a apaisé notre famille. Il n’est pas uniquement mon bébé et celui de Sussie. Il est le bébé de toute la famille. »

« Enfant, je n’ai pas vraiment eu de figure paternelle. C’est une petite douleur que je ressens encore au fond de moi. Mais c’est aussi ce qui m’a construit. Je sais quel père je veux être. J’ai vu quel père je ne veux pas être. »

Stefan Granlund, 41 ans, est le papa de Leo (7 mois). Il a également eu Linnéa (16 ans), Linus (15 ans), Tim (12 ans) et a un fils en prime : Albert (11 ans). Il vit à Stockholm, travaille en tant que responsable d’exploitation dans l’immobilier, conduit une moto et fait occasionnellement de la figuration. »

William

« Pour moi, devenir papa était loin d’être une évidence. La parentalité, avec cette énorme responsabilité, m’inspirait un sentiment d’attraction-répulsion. »

Je pensais qu’un enfant de plus était au-dessus de mes forces.

« Les premiers temps avec bébé ont été l’expérience la plus difficile de ma vie. Honnêtement, je pensais qu’un enfant de plus était au-dessus de mes forces. Et voilà que le petit frère est là. C’est un amour indescriptible. »

« Mon père a pleuré quand je lui ai annoncé qu’il allait être grand-père. Je ne l’avais jamais vu aussi ému. On s’est beaucoup rapproché. Il travaillait énormément lorsque j’étais enfant. Je pense qu’il le regrette aujourd’hui. »

William Lindblad, 32 ans, est le papa de Fred (4 semaines) et de Lou (3,5 ans). Il travaille comme coordinateur RH à Stockholm et aime voir ses amis ou jouer au foot, quand il en a le temps.

Texte : Katarina Gröndahl


Comment êtes-vous devenu papa ? Partagez votre expérience sur Instagram – taguez avec #dadstories