Allaitement – la version non censurée !

« Je l’ai fait dans le métro, dans la baignoire, dans la voiture sur l’autoroute... » Ruth allaite depuis huit ans presque sans interruption et aujourd’hui, elle n’est plus dans le jugement mais dans l’acceptation du choix d’allaiter ou non des autres mamans. Lisez son récit sur l’allaitement et découvrez ses hauts, ses bas, ses fous rires et les endroits les plus fous où elle a allaité !

BABYBJÖRN Magazine – Une mère allaite son bébé nouveau-né.
«  Et je ne juge pas celles qui n’allaitent pas, plus aujourd’hui en tout cas ! Par le passé, j’ai jugé, surtout au début. »
Photo : Johnér

Lors de ma première grossesse, je n’avais pas vraiment pensé à l’allaitement, ce qui me semble très étrange aujourd’hui, ayant allaité mes deux grands jusqu’à presque quatre ans. Oui, oui, vous avez bien lu, quatre ans, et pas quatre mois, et vous savez quoi ? Je ne suis pas adepte des vêtements en chanvre ni de l’encens et je joue encore moins de la guitare. Je stéréotype trop ? Sans doute, mais c’est exactement ce que font les autres lorsqu’ils voient une femme allaitant un enfant en âge d’avoir des dents, qui parle et vous explique la raison pour laquelle il veut son lolo ! COMMENT ?! POURQUOI ?! Les questions fusent !

LIRE AUSSI : 7 conseils sur l’allaitement pour les nouvelles mamans

Et je donne toujours la même réponse qui n’a aucun rapport avec le concept du « parentage naturel », dont je ne suis pas une adepte. Où est-ce que je le suis ? Tout dépend de la définition qu’on en donne. Je veux dire par là que je n’allaite pas parce que c’est mieux ou parce que la nature est ainsi faite. J’allaite parce que je n’ai pas envie de me lever la nuit pour préparer un biberon. Et je pratique un allaitement « prolongé » (comme ils disent) parce que c’est plus facile. Je suis fainéante, c’est aussi simple que ça !

Au début, ça n’a pas été facile. Je suis sûre que pour certaines, ça l’est. Moi, j’ai bataillé pendant des semaines avec mon bébé qui ne voulait rien savoir, j’ai bataillé avec le tube de crème (alors que le terme de « crevasse » me semblait bien faible par rapport à l’état de mes mamelons) et j’ai bataillé avec une mammite diagnostiquée par un pharmacien par un « faudrait voir, prenez peut-être un antalgique ». Mais j’ai fini par gagner, et c’est ce que je voulais à tout prix lorsque j’ai compris que l’allaitement ne coule pas de source comme je le pensais auparavant.

On peut bien évidemment parler des bienfaits pour la santé, aussi bien pour moi que pour mes bambins, mais au fond, l’allaitement simplifie la vie.

Et aujourd’hui, je suis une vraie pro ! Je peux compter sur les doigts de la main les lieux où je ne l’ai pas fait (une phrase qui pourrait avoir un TOUT autre sens pour les jeunes fêtardes sans enfants, n’est-ce pas ?) J’ai allaité dans les toilettes TOUT en les utilisant (une expérience… que je ne recommande pas !), dans le métro, dans la baignoire, à 90 km/h sur l’autoroute, ceinture détachée, en me penchant sur le siège auto… Bon sang, j’ai même allaité en marchant dans un supermarché avec mon bébé dans une écharpe de portage. L’allaitement convient à mon style de vie et à la naissance de mon troisième, je savais que j’allais remettre le couvert.

On peut bien évidemment parler des bienfaits pour la santé, aussi bien pour moi que pour mes bambins, mais au fond, l’allaitement simplifie la vie. Ça console tous les maux, ça apaise l’enfant surexcité qui refuse de dormir, c’est toujours disponible, pas besoin de stérilisation et en plus c’est totalement GRATUIT !

LIRE AUSSI : 9 causes de douleurs liées à l’allaitement et conseils pratiques

Et je ne juge pas celles qui ne le font pas, plus aujourd’hui en tout cas ! Par le passé, j’ai jugé, surtout au début. Je le prenais très à cœur lorsque j’apprenais que certaines mamans n’essayaient même pas. Pourquoi ? Eh ben, je n’en sais rien du tout, car quand j’y pense, c’est une question qui ne regarde personne d’autre que soi-même… Du fait d’y être arrivée et d’adorer ça, je pensais certainement que toutes les mamans devaient être mises au courant et que si elles n’allaitaient pas, elles allaient louper quelque chose d’incroyable. Mes intentions étaient louables, mais ma démarche était très très mal perçue !

Être parent est suffisamment compliqué sans que l’on vienne en plus vous juger sur la façon de nourrir vos enfants.

On apprend avec le temps, heureusement d’ailleurs ! La personne un peu naïve que j’étais a laissé place à quelqu’un qui adore toujours allaiter et qui sait que cela lui convient parfaitement, mais qui sait aussi que ce n’est pas sympa de faire culpabiliser les autres en raison de leur choix. Être parent est suffisamment compliqué sans que l’on vienne en plus vous juger sur la façon de nourrir vos enfants. Je n’ai pas été allaitée et à part mon goût un peu trop prononcé pour le sarcasme, je pense m’en être plutôt bien sortie… Et j’en connais qui ont mal tourné alors qu’ils ont été nourris au lolo de maman, donc aucun lien de cause à effet sur le long terme !

Mais je pense que doucement et de manière générale, on en apprend de plus en plus sur l’acceptation (ou pas) de l’allaitement. De plus en plus de lieux semblent accueillir les femmes qui allaitent, même si j’ai vécu des expériences très désagréables (notamment une fois dans le train, avec des gars que j’ai dû menacer d’une giclée de lait pour qu’ils se calment). Mais de manière générale, les gens ne s’en préoccupent pas. Et ils ont raison !

Mais, je n’aurais voulu manquer cette expérience pour rien au monde, si prenante soit-elle, c’est une aventure qui me remplit de souvenirs merveilleux. Je ne repense pas aux enfants plus grands qui hurlent dans le supermarché parce qu’ils veulent leur lolo ou qui tirent sur mes vêtements en plein mariage ou pendant le dernier épisode de la série télé à ne pas manquer… Je repense aux regards échangés (c’est un peu gnangnan, je sais, mais c’est la vérité) et à cette expérience vécue ensemble et qui n’appartient qu’à nous. Aujourd’hui, je me sens incroyablement chanceuse d’être encore une fois une mère allaitante. Et en prime, j’ai droit à 5 minutes de plus au lit le matin !

LIRE AUSSI : Allaiter en public : 5 conseils pour éviter de stresser

 
Photo : Privée

Ruth Davies Knowles

J’ai 38 ans et trois enfants. Je vis à Norwich, en Angleterre. Ancienne actrice devenue influenceuse sociale, je tiens un blog, Rock’n’rollerbaby, et je suis présente sur les réseaux sociaux dans le cadre de l’activité de mon entreprise Rocknroller Baby Ltd. Je ravis et j’irrite ma famille à des degrés variables lorsque je leur demande de m’aider. J’ai beaucoup appris au cours des huit années depuis la naissance de notre premier enfant, Florence, puis avec notre deuxième, Jimmy, et maintenant notre troisième, Raffie. Je commence à réaliser qu’il en faut peu pour être heureux et j’aspire à une vie simple. J’ai passé les quatre premiers mois sur le canapé à admirer mon bébé, et je ne vais pas me gêner pour continuer !