Qui a besoin de sommeil…?

« Quand j'ai eu mon premier enfant, j'étais persuadée que c'était pendant les premières semaines, où je nourrissais mon bébé toutes les trois heures, que j'allais manquer le plus de sommeil. Mais j'avais tort. Le pire vient juste de commencer. » L’histoire des quatre années de sommeil perturbé de Michelle vous apprendra bien des choses sur les troubles du sommeil de bébé à 18 mois.

 
Photo : What Mummy Thinks

Devenir parent c’est certainement l’expérience la plus magique et enrichissante que j’ai pu vivre. Mais il y a aussi des moments pénibles, difficiles et éprouvants.

Dans la catégorie pénible, il y a les troubles de sommeil de bébé. Le manque de sommeil, qui semble aller de pair avec le fait de devenir parent, peut vraiment devenir une souffrance.

Devenir parent et manquer de sommeil semble aller de pair.

Pour mon premier bébé, Isabella, j’étais persuadée que mon sommeil allait surtout être perturbé pendant la période nourrisson, quand je la nourrissais toutes les trois heures.

Le sommeil du bébé – informations et conseils d’une sage-femme

Malheureusement, pour moi, ce n’était pas la pire période pour le sommeil. Je prenais l’habitude de me lever, il y avait un certain rythme. Je me réveillais, je donnais la tétée (à moitié endormie), je remettais Isabella au lit, je me recouchais en sachant que j’avais quelques heures de sommeil devant moi.

Sommeil perturbé depuis quatre ans

Non, pour moi, le pire vient juste de commencer. Mes enfants n’ont jamais été très « doués » pour dormir.

Isabella n’a fait des nuits complètes qu’à 9 mois et Benjamin ne dort toujours pas toute la nuit, il a 14 mois ! Il ne se réveille HABITUELLEMENT qu’une fois dans la nuit (s’il n’est pas malade ou a une poussée dentaire), mais ça peut être n’importe quand entre neuf heures du soir et quatre heures et demi le matin.

Il n’y a pas de rythme et je ne m’attends donc jamais à dormir toute une nuit. En plus, Isabella, qui a maintenant trois ans, peut parfois se réveiller pour aller aux toilettes, pour un cauchemar ou tout simplement parce qu’elle crie dans son sommeil. Heureusement, la plupart du temps, les enfants ne se réveillent pas entre eux.

5 conseils pour faire face aux premières années des enfants

Tout ceci veut dire que nous n’avons pratiquement pas dormi une seule nuit complète depuis quatre ans. Je ne me rappelle pas avoir passé une semaine entière sans être dérangée la nuit. Je ne me sens jamais reposée.

Troubles du sommeil à 18 mois

Ce qui nous a mis sur les rotules, c’était les troubles du sommeil apparus soudainement et sans prévenir vers 18 mois. Nous n’en avions jamais entendu parler. Ce n’est qu’au bout de plusieurs nuits de questionnement sur l’origine des cris de ma fille que nous avons compris qu’il y avait un truc.

J’ai fait des recherches Google sur « enfant qui ne veut pas dormir » et « troubles du sommeil de bébé ».

Ça allait tellement mal que j’ai commencé à faire des recherches Google sur « enfant qui ne veut pas dormir », « troubles du sommeil de bébé ». et « enfant se réveille en criant ».  Mais ce n’est qu’en tapant « 18 mois » que les troubles du sommeil à 18 mois sont apparus et j’ai eu un déclic.

Un récit franc et honnête : Douleurs d’allaitement, angoisses du soir et idées fixes

Alors, comment se manifestent les troubles du sommeil à 18 mois ? Cela peut être que l’enfant qui dormait bien avant n’y arrive plus. L’enfant ne veut peut-être pas dormir le jour non plus. Votre enfant fait peut-être plus de cauchemars, ou se réveille plus tôt le matin.

Votre enfant est devenu plus autonome, il a appris à dire non et il vous teste.

C’est parce que votre enfant est devenu plus autonome, il a appris à dire non et il vous teste. Il n’y avait aucun problème pour coucher Isabella, elle semblait seulement chercher de la compagnie quand elle se réveillait entre ses cycles de sommeil. Dès qu’on entrait dans la chambre, elle était contente et se calmait.

Je n’avais pas entendu parler de ces troubles du sommeil à 18 mois et je trouvais que ceux qui s’en plaignaient étaient un peu ridicules. Mais maintenant cela fait plusieurs semaines que nous sommes réveillés la nuit et Benjamin approche les 18 mois… On se prépare à ne pas dormir pendant encore plusieurs semaines.

Un travail épuisant

Je me sens vraiment solidaire avec les parents qui lisent ceci et qui vivent la même chose avec un enfant qui souffre de troubles du sommeil. C’est un travail épuisant et certains jours je ne sais vraiment pas comment je vais y arriver. Surtout quand j’ai de longues journées de travail.

Mais d’une façon ou d’une autre, on y arrive toujours. Ça passe, et nous profitons des moments entre les nuits blanches. Mais y-a-t-il quelque chose à faire, à part de parler des troubles du sommeil de bébé et de ces enfants qui ne veulent pas dormir ?

Conseils de survie pour les parents (qui sont fatigue´s des conseils)

Parfois on est obligé d’en parler.

Je pense que c’est plus facile si on sait qu’on n’est pas seul avec ce problème. Cela aide les jours les plus difficiles. Nous ne sommes pas des mauvais parents parce que nous en parlons. Nous ne nous plaignons pas d’être parents, nous aimons nos enfants sans condition, mais ça aide de pouvoir s’ouvrir sur ses problèmes.

Mon enfant souffre de troubles du sommeil – conseils pratiques

  • Une de nos actions concrètes a été d’investir dans des oreillers mousse mémoire de forme de bonne qualité pour optimiser le repos de la nuit. J’ai piqué celui de mon mari quand j’étais enceinte, je refuse de le lui rendre. Il m’aide pour trouver une position confortable et m’endormir rapidement.
  • Ensuite nous avons acheté un réveil éducatif jour/nuit pour aider Isabella à faire la différence entre la nuit et le jour. Elle n’avait que 18 mois quand on l’a mis en place et ça a partiellement fonctionné.
  • Mais pour cet âge-là nous avons découvert quelque chose qui marche encore mieux : une jolie petite lampe programmable. Isabella a choisi une lampe en forme de fleur qui s’allume tous les matins à 7 heures. C’était plus facile pour elle de comprendre l’idée d’une lampe qui s’allume et qui indique le début de la journée.

Une routine pour le coucher avec une fin non négociable.

  • Une bonne routine pour le coucher sert toujours. Même si parfois on a l’impression que ça ne change rien : la même routine au coucher tous les soirs, claire, courte et avec une fin non négociable aide à faire comprendre à l’enfant que c’est l’heure de se coucher. Nous avons toujours eu la même routine au coucher et nous la mettons aussi en place pour Benjamin.
  • Proposez sucettes, doudous, peluches ou autre. Pensez à les acheter en double au cas où votre enfant en choisit un en particulier. Benjamin s’est attaché à un lapin qui avait été à Isabella, ce lapin a maintenant presque quatre ans et je n’ai pas pu trouver le même. Je fais des cauchemars où le vieux lapin est perdu et il est impossible de trouver un remplaçant !!!
  • Parfois une veilleuse peut aider si l’enfant se réveille et a peur dans le noir.
  • Mon dernier conseil, si rien d’autre ne marche, c’est de laisser l’enfant dormir dans votre lit. Ca y est, je l’ai dit. Je prenais Isabella dans notre lit et j’ai fait la même chose quand cela a été nécessaire avec Benjamin. Avant d’avoir des enfants, j’étais déterminée de ne JAMAIS laisser un enfant dormir dans mon lit. Mais parfois c’est le seul moyen pour permettre à chacun de dormir. Et je vais continuer à le faire chaque fois que je ne peux pas faire autrement.

En savoir plus sur le sommeil des bébés – tous les articles

Si vous avez des conseils qui permettent de mieux passer des périodes d’insomnie parce que votre enfant refuse de dormir ou  souffre de troubles du sommeil, nous serions très heureux de pouvoir les partager avec vous. Contactez-nous par mail : magazine@babybjorn.com

Magazine BABYBJÖRN – La blogueuse Michelle Haslett de What Mummy Thinks avec sa famille.

Michelle Haslett

Bonjour, je m’appelle Michelle et je suis la maman d’Isabelle, 3 ans, et de Benjamin 1 an (la raison pour laquelle je suis accro au café).

J’ai commencé à faire un blog alors que j’en étais à mon troisième mois de congé maternité. Ce blog, What Mummy Thinks, m’a permis de penser à autre chose qu’aux couches sales.

Trois ans se sont écoulés depuis son lancement et je continue d’avoir envie de raconter mes expériences de maman, les bonnes et les mauvaises, et de parler de tout ce qui touche à la vie de famille.

Lire tous les articles de Michelle ici

Trouble du sommeil de bébé – suivez les conseils de Michelle

  1. Un réveil éducatif jour/nuit pour jeunes enfants, il aidera votre enfant à faire la différence entre la nuit et le jour.
  2. Une lampe programmable qui s’allume le matin.
  3. Sucette, doudou et peluche pour consoler. Achetez le préféré de l’enfant en plusieurs exemplaires.
  4. Au coucher, la même routine tous les soirs : claire, courte et avec une fin non négociable.
  5. Laissez l’enfant dormir dans votre lit s’il n’y a pas d’autre solution.

Ce qui aide aussi :

  • Parlez-en autour de vous !
  • Investissez dans un oreiller confortable en mousse mémoire de forme de bonne qualité,  pour optimiser votre repos.