Père de trois enfants : La courbe exponentielle du changement de la vie

Est-ce que la vie change en fonction du nombre d’enfants que vous avez ? Mikael, père de trois enfants, nous fait partager son point de vue et explique comment la courbe exponentielle du changement est liée au nombre d’enfants qu'on a.

BABYBJÖRN Magazin – Père de trois enfants & la courbe exponentielle du changement de la vie.
La courbe du changement est claire.

Je me souviens m’être inquiété du changement avant que je décide d’avoir des enfants. Mais avec le recul, je me suis rendu compte qu’il est impossible d’être vraiment prêt un jour. Une fois que vous avez un cadre raisonnablement sûr (amour, éducation, revenus, etc.), vous ne pouvez pas attendre indéfiniment le moment idéal.

Ce changement mythique va de soi dans de telles circonstances, et je ne connais personne qui y repense et regrette sa décision d’abandonner son existence insouciante et de devenir un « vrai » adulte.

Avec le recul, je me suis rendu compte qu’il est impossible d’être vraiment prêt un jour.

Mais ce qui peut paraître un peu surprenant est la manière dont fonctionne la courbe exponentielle du changement en fonction du nombre d’enfants que vous avez. J’ai donc essayé de tout résumer en quatre points essentiels (et largement généralisants) :

Conseils de survie pour les parents de jeunes enfants qui en ont marre des conseils

Le premier enfant

Le premier enfant déboule dans votre vie quotidienne comme une comète et bouleverse complètement votre monde. En fait, c’est un euphémisme. Vous êtes à la merci d’une force de la nature et, même si les gens ont essayé de vous avertir, il est impossible de vous y préparer vraiment. Tout d’un coup, il vous apparaît terriblement évident à quel point le cours de préparation à la naissance a survolé ce point.

Et que votre « groupe de soutien » se compose d’un assortiment de personnes très aléatoire qui n’ont vraiment qu’une seule chose en commun – avoir succombé au désir de procréer plus ou moins au même moment.

À mes yeux, une personne n’est jamais entièrement fiable avant d’avoir élevé au moins un enfant au-delà de la fameuse étape des deux ans.

Vous vous rendez vite compte que la plupart des choses restent pratiquement inchangées. La seule vraie différence est que vous-même ne serez jamais plus la personne la plus importante dans n’importe quelle situation. Vos parents et amis se pressent de vous proposer leurs services pour le babysitting, mais surtout tout le monde veut continuer à vous voir.

Chaque changement dans votre vie sociale est en partie de votre fait, et les nuits blanches, séances de hurlements, changements de couches et autres tâches dont vous devez vous acquitter vous fatiguent vraiment. Vous devenez un salaud au cœur dur, que ça vous plaise ou non, et récoltez bientôt les fruits de votre force nouvellement acquise.

À mes yeux, une personne n’est jamais entièrement fiable avant d’avoir élevé au moins un enfant au-delà de la fameuse étape des deux ans.

Devenir mère ? Ce que j’aurais aimé que l’on me dise

Le deuxième enfant

L’arrivée de votre deuxième enfant vous transforme en la famille de quatre personnes idéale. Mais attention – votre deuxième période de congé parental sera inévitablement beaucoup plus mouvementée que la première. Attendez-vous à beaucoup moins d’argent et à beaucoup plus de choses à faire.

Vos amis cessent de vous proposer leurs services pour le babysitting dès que votre deuxième enfant apparaît, mais si vous avez de la chance vous pouvez encore vous fier à vos parents pour venir vous sauver.

Au fait, Volvo doit certainement son succès au « deuxième enfant ».

Les familles qui s’accrochent encore avec entêtement à leur petit appartement sont très vite dépassées par les défis de la vie compacte et avant même de s’en rendre compte, elles achètent une maison dans une banlieue verte parce que « c’est mieux pour les enfants ».

Tous ceux qui achètent une plus grande maison courent un risque 500 pour cent plus élevé d’acheter un break. Au revoir, la voiture de sport à deux portes. Bonjour, contrat de service raisonnable et obsession aveugle de la sécurité. Au fait, Volvo doit certainement son succès au « deuxième enfant ».

Avoir un deuxième enfant – le club des parents de deux enfants de moins de deux ans

Le troisième enfant

Le troisième enfant anéantit tout espoir de jamais retrouver une baby-sitter et fait de la logistique un cauchemar. Faites-moi confiance là-dessus. Un de mes anciens collègues disait en rigolant que le fait d’avoir un troisième enfant ne supposait pas tant d’ajouter un enfant que de tout rendre deux fois plus complexe. On ne plaisante jamais totalement par hasard.

Avec trois enfants, vous devenez en gros des marginaux ; vous devez soit avoir des parents fantastiques prêts à vous aider, soit vous devez vous faire à l’idée que votre vie sociale est belle et bien morte.

Vous subissez l’épreuve tous les matins à partir du moment où vous vous réveillez et chaque jour est une lutte âpre pour survivre.

Vous subissez l’épreuve tous les matins à partir du moment où vous vous réveillez et chaque jour est une lutte âpre pour survivre. Nous ne parlons pas ici d’une brève période de rodage. Il s’agit d’une condamnation à perpétuité, avec pour recommandation que vous purgiez au moins 20 ans. Cela aidera si, dans cet état de détresse absolue, vous avez déjà eu le temps de mettre de l’ordre dans vos besoins matériaux de base et êtes en mesure de naviguer à travers la vie en ayant la tête à peine hors de l’eau.

Cela dit, il s’agit jusqu’à présent des défis habituels auxquels sont confrontées les familles modernes et avoir trois enfants est encore considéré comme plutôt normal.

Récit d’accouchement : la vision d’un père

Le quatrième enfant

Le grand changement. Un changement aux proportions épiques attend les quelques âmes assez courageuses pour aller contre le courant et s’aventurer dans un territoire inexploré en tant que parent de quatre enfants. Abandonnez tout espoir d’être jamais invité dans la maison de quelqu’un une fois que vous avez quatre enfants. Votre persona est désormais très certainement non grata.

Vous vous transformez en chauffeur de van à l’instant où le Numéro 4 fait son apparition. Et tout le monde sait bien qu’une fois que vous êtes un chauffeur de van, vous n’êtes qu’à deux pas de devenir « cette famille bizarre au bas de la rue ».

Abandonnez tout espoir d’être jamais invité dans la maison de quelqu’un une fois que vous avez quatre enfants.

Après le quatrième enfant, le nombre de descendants que vous avez ne compte plus. Alors pourquoi ne pas fermer les yeux, relâcher le frein à main et foncer au bas de la falaise ? Franchissez le mur du son ! Vous pourriez même trouver libératoire d’ignorer absolument tout, et de perdre tout contrôle… Mais ce n’est pas certain.

 
Photo : Claes Pettersson

Nom : Mikael Andersson

Âge : 40 ans

Situation familiale : Une femme (Josefine) et trois enfants (Stella, Tintin et Sammie)

Lieu de résidence : Hilsingen à Göteborg

À propos du rôle des parents :
Le plus important pour moi, c’est de permettre à mes enfants de grandir pour devenir des personnes fortes et autonomes, de sentir qu’ils osent s’affirmer, prendre une place et suivre leur propre route. Bien sûr, je souhaite aussi qu’ils deviennent des personnes gentilles et agréables. Mais je souhaite avant tout qu’ils se sentent heureux et bien dans leur vie. Qu’ils s’amusent autant que possible et ne se satisfassent jamais de moins que ce à quoi ils ont droit.